4 octobre 2013

Free Time : Un avion sans elle...

Un avion sans elle de Michel Bussi (2012)

Résumé : 

Lyse-Rose ou Emilie ?
Quelle est l’identité de l’unique rescapé d’un crash d’avion, un bébé de trois mois ? Deux familles, l’une riche, l’autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias ont baptisée Libellule.
 
Dix-huit ans plus tard, un Lyse-Rose ou Emilie ? Quelle est l’identité de l’unique rescapé d’un crash d’avion, un bébé de trois mois ? Deux familles, l’une riche, l’autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias ont baptisée Libellule.

Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l’affaire, avant d’être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu’à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, le lecteur est entraîné dans une course haletante jusqu’à ce que les masques tombent.
Hasards et coïncidences ne sont-ils que les ricochets du destin ?
Ou bien quelqu’un, depuis le début, manipule-t-il tous les acteurs de ce drame ?




Avis :
 
Enfin une histoire originale autour d’un crash d’avion ! 

J’ai acheté ce roman … à la gare ! Et je n’ai pas été déçue, j’ai presque eu l’impression que le temps d’attente passait plus vite pour moi que pour les autres passagers. Et puis je crois que je dois admettre que ce petit côté « histoire vraie » ajoute une pointe de sel.

Je n'ai pas décroché de ce roman pendant une petite semaine, une seule chose m'importait le moment où je pourrai me plonger à nouveau dedans. Incroyable ! L'auteur fait monter la tension au fur et à mesure, il vous révèle beaucoup de choses, certaines que vous pressentez mais vous avez toujours un doute et certaines informations qui sont lâchées comme de petites bombes et que vous ne comprenez qu'à la fin. Disons que les dernières 150 pages, vous ne pouvez les lire que d'une traite car on ne peut fermer le livre si proche de la résolution finale. 
 
Une telle intrigue de nos jours n'a plus de sens, on pense tout de suite au test ADN... Justement, l'auteur joue avec les époques, les techniques, les personnages, les intrigues car plusieurs choses se jouent dans ce roman. L'identité de la jeune femme est un véritable enjeu pour elle, pour sa famille, pour sa relation de couple (bien sûr est-elle amoureuse de son frère ?). Tout ça s'entremêle, se démêle et vous ne devinez que des bribes de choses, tout ne s'éclaire qu'à la fin. Merveilleux. Pour les non amateurs de cadavres à tout va, on est tranquille, rien de sanguinolent, les descriptions succinctes sont suffisamment évocatrices. 
 
Pour quelles lectrices ? 
Pour celles qui depuis qu’elles ont lu des livres de Musso, Mathilda... recherchent le frisson du mot, un seul et unique mot qui change toute l’histoire… J’ai eu ce frisson et c’est pour ca que je vous recommande ce livre aujourd’hui.

Le petit extrait qui me trotte encore dans la tête… 
 « Ce n’est pas la peur de la foule, c’est la peur de ne pas pouvoir être secouru… » 

 Un livre à dévorer.


Live for what you love.
Let's Be Swagg.
L.